?>

Les voitures de société de plus en plus durables et chères

28/01/2021 - Publié par : FiduPress < Retour Les voitures de société de plus en plus durables et chères

L’usage privé d’une voiture de société coûte au moins 57 € net par mois

Avec la publication au Moniteur Belge du nouveau taux d’émission de CO2 de référence et l’approbation d’une proposition de loi, le coût des voitures de société augmentera à partir de 2021. Le taux d’émission de CO2 de référence est l’un des facteurs déterminants pour le calcul de l’avantage de toute nature imposable (ATN) de la voiture de société, c’est-à-dire le montant payé par le travailleur pour son usage privé. Cet usage privé vous coûte au moins 57 € par mois, mais souvent plus cher.

Avec la diminution de l’émission de CO2 de référence, l’avantage de toute nature (ATN) imposable augmente. De ce fait, un précompte professionnel plus élevé est retenu. Les travailleurs (et les dirigeants d’entreprise) conservent par conséquent un net un peu moins élevé.

Une nouvelle année, de nouvelles valeurs de référence

Une nouvelle année marque aussi l’instauration de nouvelles valeurs de référence. Celles-ci sont désormais inférieures, ce qui signifie que les voitures nouvellement immatriculées deviennent plus durables et plus économes en carburant.

Pour tous les types de carburant, nous constatons une forte diminution par rapport aux années précédentes. Les travailleurs et les dirigeants d’entreprise devront dès lors payer plus d’impôts sur l’avantage de toute nature lié à l’usage privé de leur voiture de société.

Pour l’année de revenus 2021, le coefficient CO2 de base s’élève à 5,5 % pour une émission de référence de :

84 g/km pour les véhicules diesel (au lieu de 91 g/km pour l’année de revenus 2020) ;
102 g/km pour les voitures avec moteur à essence, LPG ou gaz naturel (au lieu de 111 g/km pour l’année de revenus 2020).


Exemple 1 – Audi A4 Avant diesel

Valeur catalogue de 35.410 EUR, 1re année d’immatriculation, diesel, taux d’émission de CO2 = 104 g/km

L’ATN pour le mois de janvier 2021 s’élèvera à 193,33 EUR. Compte tenu de l’émission de référence pour 2020, il aurait été de 174,81 EUR pour le même mois.

Exemple 2 – BMW X1

Valeur catalogue de 37.585 EUR, 1re année d’immatriculation, essence, taux d’émission de CO2 = 128 g/km

L’ATN pour le mois de janvier 2021 s’élèvera à 221,63 EUR. Compte tenu de l’émission de référence pour 2020, il aurait été de 197 EUR pour le même mois.

L’usage privé d’une voiture de société coûte au moins 57 € par mois

Pour 2021, une nouvelle limite inférieure s’applique également à l’ATN imposable, à savoir 1.370 EUR. Cela signifie qu’une voiture de société vous coûte au moins 57 € net par mois, compte tenu d’un taux d’imposition moyen de 50 %. C’est surtout valable pour les voitures plus modestes ou les véhicules à faible émission de CO2.

Cette limite inférieure n’encourage pourtant pas la recherche d’une voiture avec une émission de CO2 plus faible, étant donné que le travailleur n’en retire plus d’avantage fiscal.

Nous donnons un aperçu des facteurs qui jouent un rôle.

Imposition : valeur catalogue, ancienneté et taux d’émission de CO2

Depuis 2012, l’ATN imposable pour l’usage privé d’une voiture de société est calculé sur la base d’une formule spécifique à 3 composantes. « Nous appliquons un coefficient CO2 à 6/7e de la valeur catalogue de la voiture et nous effectuons une correction en fonction de son âge », explique Veerle Michiels, experte en mobilité chez SD Worx. Le coefficient CO2 s’élève par défaut à 5,5 % et augmente de 0,1 % (jusqu’à maximum 18 %) par gramme d’émission de CO2 au-dessus de l’émission de référence. D’autre part, la valeur de base peut diminuer de 0,1 % (jusqu’à atteindre le minimum de 4 %) par gramme de CO2 que la voiture émet en moins par rapport à la valeur de référence. « Cette formule a pour effet dissuasif que les véhicules électriques, qui n’émettent pas du tout de CO2, restent potentiellement très chers sur le plan fiscal en raison de leur valeur catalogue élevée. Il en va de même pour les véritables hybrides (rechargeables), qui émettent très peu de CO2.

Mais pour les voitures à combustible fossile, un autre effet est entré en jeu ces deux dernières années. En raison de l’augmentation des émissions de référence pour tous les types de carburant, le coefficient CO2 et donc l’ATN ont diminué. Cela ne peut donc plus passer par l’approbation d’une proposition de loi qui réglerait le gel des émissions de référence. »

Nouveauté à partir du 1er janvier : le gel des émissions de référence

Le taux d’émission de CO2 de référence est revu chaque année et calculé en fonction de l’évolution de l’émission moyenne de CO2 des voitures immatriculées comme neuves.

Les valeurs nouvellement calculées ne sont appliquées dans la formule de calcul que si le résultat est inférieur aux valeurs de référence de l’année précédente (et ces valeurs deviennent aussitôt la norme maximale de l’année suivante : ainsi, les valeurs de référence de 2021 deviendront la norme maximale pour 2022). Si le résultat est supérieur, les valeurs de référence de l’année civile précédente sont utilisées.

À partir du 1er janvier, les émissions de CO2 de référence pourront uniquement rester les mêmes ou diminuer. L’avantage imposable ne peut donc plus que rester identique ou augmenter, si les autres facteurs de la formule de calcul ne varient pas. L’application du facteur d’ancienneté à la valeur catalogue de la voiture atténuera quelque peu l’impact de la modification proposée.

Attention à la norme WLTP pour une nouvelle voiture

Depuis le 1er septembre 2018, l’émission de CO2 d’un véhicule est mesurée selon la méthode WLTP. WLTP signifie “Worldwide Harmonised Light Vehicles Test Procedure”. Les résultats de cette nouvelle procédure de test sont davantage conformes à la réalité que ceux calculés selon la méthode NEDC (“New European Driving Cycle”) utilisée jusqu’à présent. Les valeurs de consommation et d’émission augmenteront par conséquent de 20 % en moyenne. Jusqu’en 2020 compris, les constructeurs automobiles étaient tenus de convertir la valeur WLTP en valeur NEDC 2.0 (généralement plus avantageuse). À partir de 2021, ce ne sera plus une obligation pour la plupart des types de véhicules, mais ce sera une option. De ce fait, nous verrons progressivement plus de voitures immatriculées avec uniquement une valeur WLTP sur le certificat de conformité. Dans ce cas, l’employeur devra utiliser la valeur WLTP pour le calcul de l’ATN imposable et celui-ci augmentera par conséquent.

La valeur WLTP deviendra-t-elle obligatoire ?

Lorsque le certificat de conformité mentionne les deux valeurs, selon l’état actuel de la réglementation, l’employeur a le choix. L’employeur peut donc opter pour la valeur NEDC 2.0 inférieure, à condition toutefois qu’elle soit également mentionnée. Mais la question est de savoir pendant combien de temps les pouvoirs publics l’autoriseront encore. « Si le gouvernement décide de considérer dorénavant la valeur WLTP comme la norme pour le calcul de l’ATN imposable, cela rendra les voitures de société beaucoup plus chères », explique Veerle Michiels.

« Cela aurait des conséquences non seulement sur l’ATN sur lequel le travailleur est imposé, mais aussi sur la déductibilité fiscale des frais automobiles pour l’employeur et sur la cotisation de solidarité CO2 due par l’employeur à l’ONSS. »

Budget mobilité ou rémunération flexible

Les travailleurs et les employeurs ont pourtant tout intérêt à opter pour des voitures émettant relativement peu de CO2. 
C’est non seulement bon pour l’environnement, mais à terme, c’est aussi financièrement avantageux. Valérie t’Serstevens conclut : « Il vaut certainement la peine de porter un regard critique sur ses propres besoins en matière de mobilité et d’envisager des alternatives à la voiture de société. Le budget mobilité fédéral présente déjà une possibilité à cet effet : quiconque a (droit à) une voiture de société peut l’échanger contre un budget mobilité. Bien entendu, il faut que l’employeur le propose. Le travailleur peut affecter ce budget à 3 piliers et la voiture de société peut continuer à en faire partie, à condition qu’elle satisfasse à des normes d’émissions strictes (maximum 95 g/km). Avec le budget mobilité, l’objectif est surtout d’encourager le choix d’alternatives plus durables. L’employeur peut aussi proposer des alternatives à la voiture de société par le biais d’un système de rémunération flexible. »

Article original

Retour